Partagez | 
 

 AF JÓRNÍ ÓG ÍS — HELLÁ NYGARD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Azelÿah C. Wilks
god make no mistake
barking dog ✝ lycanthrope

Arrivée à Edimbourg : 22/02/2016
Gouttes de sang versé : 35
Âge du personnage : vingt-cinq ans
Emploi : sage-femme au Royal Infirmary ‹ officiellement › ⟩ exécutrice de la meute Tarrtháil ‹ officieusement ›

MessageSujet: AF JÓRNÍ ÓG ÍS — HELLÁ NYGARD   Sam 24 Fév - 13:54

Les phalanges délaissant une trace fraiche d’un cervidé passé par là, tu te redresses lentement, la prunelle céruléenne fouillant le paysage forestier qui se dresse devant toi. Tu n’es pas une experte en traque, bien au contraire, mais tu as suffisamment de bon sens pour observer ce qui t’entoure, peut-être l’animal n’est-il pas loin, ce qui t’évitera de t’aventurer plus loin que tu ne l’as déjà fait. Mais il n’y a rien qui attire ton regard, aussi rabats-tu ta capuche sur ta chevelure trop claire et reprends cette marche que tu as interrompue. Tu tentes de ne pas faire trop de bruit, d’éviter les branches sèches qui indiqueraient irrémédiablement ta présence si ton pied venait à en casser une. À tes côtés, ton nouveau compagnon depuis quelques mois ne prend pas cette même peine, le museau parfois en l’air, parfois rivé sur le sol. La fourrure grise te frôle, mais ne vient jamais te faire perdre l’équilibre. Piètre chasseur, tu sais qu’il ne te sera pas d’une très grande utilité, pourtant, tu persistes à l’emmener, pour la simple et bonne raison qu’il a eu une fois cette chance d’attraper un lapin. Plus par goût du jeu que de la réelle traque. Peut-être la fortune sourira t’elle une nouvelle fois. Tu n’as pas l’intention de lui prendre sa proie cette fois, tu trouveras ta propre viande à rapporter à la maison, que tu dépèceras avec soin, afin de revendre la peau qui servira à faire du cuir, puis tu saleras la chair pour la conserver le plus longtemps possible. Tu pourras toujours en revendre au village au pire, selon le cervidé sur lequel tu tomberas. Un chevreuil te conviendrait parfaitement. 30 kilogrammes de viande… c’est suffisant pour tenir un moment. Un cerf apparaît bien plus problématique, trop lourd, trop volumineux. 200 kilogrammes de muscles que tu ne te vois pas parvenir à prendre seule. Non, un cerf serait vraiment du gâchis pour toi toute seule. Tu secoues la tête, jette un coup d’œil aux traces fraiches que tu suis. L’animal est petit. Soit un très jeune cerf, soit un chevreuil, cela ne peut rien être d’autres.

Alors tu tournes, parfois, tu t’arrêtes pour poser quelques petits pièges dans lesquels de plus petits mammifères tomberont : écureuil, lapin, lièvres… tu n’es pas regardante, ni difficile. En ragoût, c’est assez nourrissant. Tes mains sont habiles, à force d’entrainement. Tu fais celui depuis tellement longtemps maintenant, que tu pourrais le faire les yeux fermés. La vieille Nygård t’as apprit ce tour de main depuis que tu as quatre ans. Tu avais juste à apprendre comment faire, tu n’avais pas besoin de voir la mise à mort du repas qui finirait dans ton assiette. C’est venu bien plus tard, avec l’enseignement du corps humain et de ses fragilités. Avant cela, il te fallait apprendre d’autres choses. Des savoirs que tu ne regrettes en rien. Tu entends une branche craquer, t’interromps tandis que le louveteau auprès de toi retrousse légèrement les babines, dans l’espoir certainement d’être un gardien menaçant. Tes phalanges s’insinuent entre ses deux oreilles, apaisent le carnassier qui lèche la pulpe de tes doigts dans la seconde. Tu observes, bande ton arc, mais ne vois rien. Ce n’est pas ton imagination, auquel cas, ton compagnon n’aurait pas grondé. Néanmoins, le danger est absent, aussi t’assures tu que ton piège est parfaitement posé avant de reprendre ta promenade obstinée : tu n’as pas l’intention de rentrer sans le chevreuil.

Tu avances, ton arc prêt à exécuter ta proie, quand de nouveau, tu entends un craquement. Ce n’est pas un tour de ton imagination, et un instant, tu te demandes si tu n’es pas toi-même prise en chasse. Les lynx ne sont pas rares dans cette partie de la région. Tout en silence, tu avances, tente de faire le moins de bruit possible, jusqu’à ce que tu perçoives une ombre. Sans l’ombre d’une hésitation, tu décoches une flèche, et c’est un hurlement qui t’indique que tu as touché ta cible. Un cri rauque néanmoins humain qui pousse quelques oiseaux à s’envoler loin leurs branches et ton chevreuil qui n’était visiblement pas loin, à passer devant toi et s’enfuir. Interdite, tu regardes ta proie s’évader avant de te reprendre et te diriger vers l’origine du brouahaha. La première chose que tu aperçois n’est autre que ta flèche, plantée dans… oh… ce qui n’est autre qu’une fesse gauche. Tu te reprends bien vite, passe ton arc entre tes épaules avant de te pencher sur le malheureux que tu n’as pas manqué. « Par Odin je suis désolée !! Vous allez bien ? Appuyez-vous sur moi, j’habite juste à côté, je vais vous enlever ça ! » Tu es mortifiée, te répands en excuse tandis que tu aides le blessé à prendre appui sur toi. Tu préfères un endroit où nulle créature ne viendra fondre sur vous pendant que tu t’occupes de lui. Mais par Loki, que faisait-il là ??


Quand on veut être menaçant, mieux vaut ne pas trop en faire. Une théorie que je partage avec Clint Eastwood.△Les loups-garous peuvent être dangereux si vous vous mettez en travers de leur chemin. Ils ont un talent extraordinaire pour dissimuler leur véritable nature aux yeux des humains. ©️ endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

AF JÓRNÍ ÓG ÍS — HELLÁ NYGARD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hell Pix vous salue
» The Knights of the Hell :: Yakuza's life [Accepté]
» Hellëik Songe-Corbeau
» KHALÏA • For the laws that I break, I’m going to hell...
» W-Hell Come

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The dirty side of the street ::  :: L'open-bar-